Colloque international: Pour une approche quantique de la conscience

conscience

Qu’est-ce que  la conscience?

Malgré les énormes progrès scientifiques réalisés au cours des deux dernières décennies, l’affirmation du Prix Nobel de médecine Sir John Eccles, l’un des grands neurologues du XXe siècle selon laquelle la nature de la conscience défie tout type d’explication matérialiste est toujours d’actualité.  Il y a aujourd’hui quasiment autant de modèles pour tenter d’expliquer la conscience que de spécialistes dans ce domaine. Cette situation est sans équivalent dans la science d’aujourd’hui, s’agissant d’un phénomène aussi crucial et qui nous touche d’aussi près.

N’est ce pas la preuve que les recherches ont été dirigées jusqu’à présent dans une mauvaise direction, et qu’il faut explorer des pistes radicalement différentes?

Une des pistes prometteuse consiste à faire appel à la physique quantique pour mieux tenter de cerner la nature profonde de la conscience. Différentes théories sont été émises et dans ce domaine là aussi, il y a autant d’approches différentes que d’auteurs.

Mais ici, il y a une explication claire, c’est le fait que la science actuelle avec sa démarche réductionniste n’aime pas ceux qui transgressent les frontières entre les disciplines. De nombreux biologistes et neurologues ont ainsi comme réflexe de dire que la physique quantique n’a rien à faire chez eux quand ils en entendent  parler.

C’est pourquoi on peut penser que des progrès importants pourraient naître du rapprochement d’initiatives encore bien trop isolées qui existent dans ce domaine. C’est dans ce cadre que l’Université interdisciplinaire de Paris, avec le soutien de la fondation Denis Guichard, a mis en place un colloque international  «Pour une approche  quantique de la conscience ».

Cette manifestation exceptionnelle réunira pour la première fois 5 des plus grands physiciens quantiques ayant développé des approches originales dans le domaine de l’interaction entre physique quantique et conscience. Venant des Etats-Unis,  de Russie,  et de Suisse, ils rencontreront des chercheurs français ayant eux aussi développé des approches dans ce domaine.

Le 11 mai à Paris une journée permettra au grand public de profiter de la présence en France de ces chercheurs pour découvrir leurs recherches et la diversité de leurs approches. Le 12 mai une journée réservée aux   professionnels sera organisée pour poser les fondements d’une future collaboration internationale autour de ce thème avec l’espoir de faire ainsi  progresser une des grandes questions non résolues qui se posent à l’humanité depuis des siècles et même des millénaires: Qui sommes-nous? Quelle est notre véritable nature?

Le programme

9h00-9h15           Introduction   Anne de Constantin et Jean Staune

9h15-10h00         Lothar Schäfer

10h00-10h45      Antoine Suarez

10h45-11h00       Pause

11h00-11h45        Andrei Grib

11H45-12H15       Vasily Ogryzko

12h15-13h00        Table ronde et questions au public, animée par Béatrice Milbert et Jean Staune

13h00 14h30        Déjeuner

14H30-15h15       Henry Stapp

15h15-16h00        Amit Goswami

16h00-16h15        Pause

16h15-17h00        Emmanuel Ransfort

17h00-18h00       Table ronde et questions du public, animée par Béatrice Milbert et Jean Staune

 

Intervenants

Henry Stapp

Chercheur au prestigieux  Lawrence Berkeley National Laboratory. Henry Stapp est  depuis la mort d’Eugène Wigner, en 1995, le  plus prestigieux  des physiciens quantiques affirmant que la conscience nécessite, pour être comprise, un recours à cette discipline. Il est aussi l’un des derniers physiciens à avoir collaboré avec les pères fondateurs de la physique quantique, des géants tels Werner Heisenberg et Wolfgang Pauli.

Soutenant une conception du monde dans laquelle la conscience est plus fondamentale que la matière,  son dernier livre intitulé Sur la nature des  choses  a pour sous titre Les pensées, les actions et le caractère fondamentalement mental de la nature, ce qui résume bien son approche.

Lothar Schäfer

Professeur de physico-chimie à l’Université d’ Arkansas, auteur d’un ouvrage  intitulé  « A la recherche de la réalité divine ».  Il nous montre comment en fonction même des critères  des pères fondateurs  de la mécanique quantique, et de nombreux  physiciens actuels, la base du monde matérielle est non matérielle.  Comment le réel quantique doit être considéré comme une totalité invisible et indivisible en vertu du principe de non séparabilité.  Totalité qui inclut notre propre conscience qui joue un rôle d’agent effectif de l’univers.Son prochain livre Infinite Potential (Le potentiel infini), a pour sous titre « What Quantum Physics Reveals About How We Should Live ». Ce qui montre son désir de faire un lien entre la physique quantique et les préoccupations fondamentales de notre société comme notre comportement, notre éthique et nos valeurs. Il a, comme Henry Stapp, développé l’idée que la physique quantique pouvait être à la base une certaine forme d’éthique.

Antoine Suarez

Physicien et philosophe, chercheur  rattaché  au département de physique  de l’université de Genève. Il est l’auteur d’une expérience ayant fait passer un des tests ultimes à la physique quantique (Physique quantique vs le modèle de multi-simultanéité) en montrant que le phénomène de non séparabilité, que l’on savait déjà expérimentalement  et théoriquement indépendant de l’espace, l’était aussi du temps. Le développement de ses recherches  l’a  amené à postuler l’existence de consciences situées au-delà de l’espace-temps. Le résultat de chaque expérience de physique que nous ferions  serait en fait  une réponse  d’une de ces entités à nos questions. Son centre de recherche sur la philosophie de la physique quantique à pour devise « Discovering invisible causes behind the visible world », (découvrir les causes invisibles derrière le monde visible). Voir http://www.quantumphil.org

Andrei Grib

Professeur de physique –mathématiques  à l’université de Saint-Pétersbourg.  Pour lui c’est dans l’esprit humain qu’il faut chercher la raison de l’apparence que prend le monde autour de nous.  Se situant  dans la  ligne de John Von Neumann,  London et Bauer, il voit dans le fait que nous sommes de observateurs pour lesquels  les choses sont binaires (noir ou blanc, oui ou non), la raison pour laquelle un monde qui fondamentalement est un monde où les êtres et les choses sont superposés nous apparaît comme un monde où les choses sont séparées. Il est l’auteur d’un ouvrage de référence sur la non localité quantique.

Amit Goswami

Professeur de physique à l’université de l’Oregon. Il a développé  une  approche de la physique dans laquelle  la conscience est à la base de toute forme d’existence. Pour lui, la compréhension des principes de base de la mécanique quantique, doit nous mener non seulement à rejeter  le  matérialisme mais à changer nos sociétés et nous-mêmes. Voir http://www.amitgoswami.org/

Il est l’un des intervenants principaux  du film  What the Bleep Do We Know? http://www.whatthebleep.com/. Plusieurs  films lui ont été consacrés dont  The Quantum activist http://www.quantumactivist.com/ (l’activiste quantique) qui, là aussi, essaie d’établir un lien entre la physique quantique  et notre vie de tous les jours. Il est l’auteur de plusieurs  livres dont le best-seller, The Self-Aware Universe , (L’univers conscient de lui même).

Emmanuel Ransford

Chercheur  indépendant, mène depuis 20 ans une recherche visant à  développer une théorie des particules élémentaires dans laquelle celle-ci aurait une  dimension matérielle et une dimension immatérielle: le psi.  Ce serait cette dimension psi qui expliquerait la nature de notre conscience et d’un certain nombres de phénomènes non encore expliqués ou admis par la communauté  scientifique.  Son dernier livre, La conscience quantique et  l’au-delà une voie inédite  vers l’éternité vient de paraître aux éditions Guy Trédaniel.

Vasily Ogryzko

Directeur de recherche à l’Institut Gustave Roussy de l’INSERM, généticien, il a émis l’hypothèse que les mutations pouvaient être des choix entre plusieurs potentialités préexistantes, de la même façon que l’on passe d’un état à un autre en mécanique quantique. Ce choix pourrait être influencé par des conditions extérieures, ce qui donnerait une base scientifique au Lamarckisme. Il a publié sur ce thème des « mutations quantiques » plusieurs articles dans des revues a référées.

Inscription

Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous :

Inscription au colloque